Flash
Rechercher :

L'eau et l'environnement




Résultats financiers

Nous présentons ici, le bilan financier 2005.

Il apparaît qu'au terme du bilan 2005, le pourcentage le plus élevé (104%) concerne les projets d'assainissement. Ceci est dû notamment à l'intérêt des communes pour l'assainissement collectif. En effet, dans la région du Pays, l'habitat rural est très souvent de type groupé.
De plus, certaines communes sont sur des sols très argileux. Enfin, les habitants préfèrent souvent être reliés à l'assainissement collectif.

Pour l’assainissement, les dépenses les plus importantes ont concerné les réseaux, puis, la création de station, enfin les raccordements des privés.
Les études représentent 4.8% du montant global de l’assainissement.
Elles se répartissent environ de cette manière : 1% pour les zonages, 1.5% pour les études préalables aux travaux et 2.3% pour les études à la parcelle (étude de raccordement et étude ANC).

Les travaux de réhabilitation de l’assainissement non collectif débutent seulement sur le territoire et représente seulement 0.8% du total des montants engagés.

En seconde position, nous avons les projets eau potable atteignent 53%. Les projets les plus coûteux en AEP sont ceux relatifs à la création de forage et à l'interconnexion de réseaux (79.6% des montants concernent la production).
La volonté départementale est d'inciter les communes à ne plus avoir de forages individuels mais plutôt à utiliser une ressource intercommunale puis sécuriser l'approvisionnement.
Aussi, le nombre dossiers "création de forage" est assez modeste puisque de plus en plus communes sont reliés à un même forage.

Dans les autres domaines, le taux d'engagement est inférieur à 50%.
Dans ces 3 domaines, la difficulté est due à l'animation d'un public varié (Artisans, riverains d'une rivière, agriculteurs) et qui vit les mesures environnementales comme une contrainte.
Un travail de sensibilisation et de patience est nécessaire pour réussir à convaincre ces personnes de s'engager sur des problématiques environnementales.

S'agissant du volet rivière plus spécifiquement, le faible nombre d’opérations dans ce domaine est lié à plusieurs facteurs.
Les syndicats de rivière, structures porteuses des études et travaux, sont trop nombreux sur le bassin de l’Essonne. En corollaire, ces structures sont souvent de petites, voire de très petites tailles.
Certains de ces syndicats sortent d’une phase de remboursement d’emprunts et préfèrent épargner pour les travaux plus importants qui seront définis par l’Etude Globale du Syndicat Mixte des Marais de l’Essonne.
Parfois même, cette étude, conditionne le commencement d’actions là où il n’y pas encore de DIG. Le regroupement de ces structures pour plus d’efficience est évoqué.

Il est intéressant de souligner que la cellule animation représente 2.7% du montant total.
» Envoyer cette page à un ami

Syndicat du Pays de Beauce et Gâtinais en Pithiverais
48 bis Faubourg d'Orléans - 45300 Pithiviers - Tél : 02 38 30 64 02 - Fax : 02 38 30 72 87